Comment ça va?

Comment ça va?

Depuis le début du confinement à la mi-mars, j’ai mis en place une petite routine matinale, avec l’équipe des médias sociaux de mon organisation. À tous les matins, on se salue en visioconférence, et on prend le temps de discuter quelques minutes. Parfois, on se rencontre à 4 ou 5 personnes, parfois à 2, ça dépend de l’horaire de tout-un-chacun. Durant les premières minutes, je prends le temps de poser cette question, sans discuter des dossiers. Les minutes qui suivent, nous les consacrons au suivi des dossiers journaliers. La rencontre matinale dure environ une trentaine de minute, elle est parfois plus longue ou plus courte, en fonction des urgences.

Ma collègue immédiate a tout de suite adhéré à la formule, et j’essaie de la proposer aux autres membres de l’équipe, lorsque c’est possible. Rendu à la 4e discussion virtuelle de la journée, il est tout à fait naturel d’escamoter cette étape, mais lors de la toute première rencontre du matin, j’aime bien qu’on prenne le temps de se déposer, afin de répondre à cette question de la manière la plus authentique possible.

Voici comment ça se passe

Avant de débuter la toute première réunion de la journée (Teams/Zoom/Meet), je pose la question suivante à mes collègues : Comment ça va? Comment vas-tu? Je me dis que mes interlocuteurs ne sont peut-être pas tous dans le même état d’esprit que moi lorsqu’ils se connectent le matin et ça me permet de m’attacher un peu plus à leur réalité. La réponse attendue est souvent à la fois personnelle et professionnelle. On peut discuter autant de notre réalité professionnelle ou bien de nos activités familiales. Je fais également de même, je partage également mon état, et comment j’arrive ce matin donné. Afin que mes collègues prennent le temps de bien répondre, j’y vais souvent en premier, j’essaie de donner l’exemple. J’expose comment je me sens, je raconte au passage les faits intéressants de ma soirée, si j’en ai. Ces temps-ci, une sortie à l’épicerie et ses péripéties peut devenir un moment fort de la semaine!

Le Comment ça va? remplace en quelque sorte  le café du matin, ou l’accotage dans le paravent d’une/d’un collègue, avant de débuter ma journée de travail. Afin de bien connecter avec les collègues, il faut également faire preuve d’une écoute active.

L’origine de cette pratique : le CJMS des rencontres sociocratiques

À Cohabitat Québec, j’ai découvert le CJMS : Comment je me sens. C’est une question similaire au « Comment ça va? », mais on pousse la démarche un peu plus loin. Le CJMS demande un moment d’introspection, pour se déposer, afin d’identifier réellement avec quoi j’arrive, quelles sont mes préoccupations et qu’est-ce qui occupe réellement mes pensées.

Après la petite minute d’introspection, chacun, chacune peut exposer comment il se sent, en arrivant à la rencontre. Nous devons faire preuve de transparence et d’authenticité. Il ne faut pas hésiter de mentionner les aspects de notre vie personnelle qui nous tracassent, et qui pourraient interférer avec la réunion naissante. Bien évidemment, il est possible aussi d’arriver avec des sentiments positifs et beaucoup d’enthousiasme. Il ne faut pas inutilement chercher des bibittes.

À Cohabitat, on réalise le même exercice, à la toute fin de la réunion. Il m’est souvent arrivé d’arriver à une réunion avec quelques préoccupations, puis à la fin, de les voir éclipsées ou envolées. Je quitte souvent les réunions avec un peu plus de fatigue qu’en arrivant, mais ça, c’est du à l’aspect nocturne de celles-ci.

Comment ça va? Le jeu de société

Il y a 6 ans, j’ai découvert un jeu, une manière de se rencontrer, afin de partager un moment tout à fait exceptionnel : les Comment ça va? de Bryan Dubord.

C’est assez simple, c’est est « un outil qui permet de développer ses capacités à être authentique devant les autres quant à sa vérité afin de créer des liens profonds et égalitaires. Il a pour objectif final que le participant développe à une autonomie émotionnelle et que le jeu ne soit plus d’aucune utilité pour eux. »

J’y vais de mémoire : chaque participant avait 7 bâtons d’une minute, et nous étions 5 autour de la table. 7 bâtons d’une minute et 5 participants, on parle d’une séance d’environ 35 minutes + le temps d’explication et le temps de transition. Un animateur-facilitateur fait également partie de la démarche.

En gros, quand tu t’exprimes au groupe, tu dépenses tes bâtons. 1 minute par bâton. Tu dois donc répondre à la question, comme tu le souhaites, du mieux que tu peux. Quand tu arrêtes de parler, ton tour de parole s’arrête, tu comptes le temps, et dépense le nombre de bâtons correspondants à la durée discutée. En cours de ronde, tu peux offrir tes bâtons à certains participants, s’ils veulent parler un peu plus.

Dans ce jeu, qui fonctionne sur le principe de rondes, on ne peut pas intervenir ni couper la parole. Le principe de la ronde est également à la base du cercle sociocratique, d’ailleurs. Tout ce qui est partagé reste dans le cercle de parole.

Un moment d’arrêt

Quand on est saturé par toutes ces réunions numériques, on souffrirait apparement d’une Zoomite aiguë…  Bref, le Comment ça va? que je pratiques avec mes collègues est donc inspiré par ces deux pratiques. En ces temps nébuleux, je crois qu’il est plus important que jamais de se poser ce genre de questions, et de prendre un moment d’arrêt, avant de débuter nos rencontres virtuelles. 

En guise d’ouverture, j’aimerais vous poser la question suivante : comment ça va?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *